Philosophe

AVOIR LE TEMPS. Essai de chronosophie (PUF, 2021)

Avoir le temps propose une réflexion sur les aspects existentiels et personnels du temps, ainsi qu’une enquête plus vaste sur le temps des sociétés et des civilisations. Les deux dimensions, existentielles et civilisationnelles, se mêlent et se répondent. Tout commence par l’énigme d’être en vie, qui est l’énigme d’avoir le temps. Tous, nous avons du temps. Et pourtant, rien n’est plus courant que le sentiment d’en manquer. Qu’est-ce, alors, que cet avoir que l’on n’a pas vraiment? Pour le savoir, on montre comment le temps de l’individu est transformé par les quatre grandes valeurs du temps portées par la civilisation occidentale : le Destin (l’impératif biologique de la vie à la mort), le Progrès (l’ouverture d’avenir à construire), l’Hypertemps (la tyrannie du présent dans le technocapitalisme) et le Délai (le compte à rebours de la possible catastrophe écologique). Ces quatre formes temporelles, ouvrant chacune des horizons propres, se liguent parfois contre nous.Jamais aucune civilisation n’a vécu simultanément sous la coupe de quatre conceptions du temps différentes  voire incompatibles, qu’il nous faut pourtant concilier. Avoir le temps se révèle donc comme le défi humain par excellence : celui de faire de cette quantité d’avoir une œuvre de qualité. C’est de cela qu’il s’agit dans cette sagesse du temps, cette chronosophie.

Philosophe