Philosophe

concepts

c

Voici quelques concepts qui m’aident à m’orienter dans le contemporain et sont développés dans mes livres 

Ambipotence

Caractère de la technoscience, capable du meilleur comme de son contraire. Plus qu’une ambiguïté, elle un pouvoir double, qui nécessite une éthique et une justice. (Voir Après le progrès)


Antirapport

C’est l’absence de politique due à l’impossibilité de nouer un rapport de force avec les ultraforces disproportionnées. C’est donc aussi le centre du combat pour une transition démocratique. (Voir Exister, résister)


burn-out

L’épuisement professionnel n’est pas qu’une épreuve psycho-sociologique. Elle est aussi une maladie de civilisation, rançon de la montée en puissance de nos désirs et de nos rythmes. (Voir Global burn-out)


ChatBot

Avatar numérique permettant de poser depuis une position d’extériorité une question donc on se soucie encore trop peu : à quoi cela sert d’être humain ? (Voir ChatBot le robot)


EnErgie 

Grand impensé du matérialisme comme du vitalisme, l’énergie est la réalité première que les humains ont appris à capter et à moduler. Psychiquement comme physiquement, les transitions passent par une réinvention de notre rapport à l’énergie (Voir L’âge des transitions)


Non finito  

Même ce qui est passé, clôturé, enfoui, continue à exister dans une sorte de demi-vie mémorielle. Historiquement aussi, les possibilités explorées par les civilisations précédentes ne peuvent être dites une fois pour toutes révolues et inimaginables. Sans non finito, point de culture. L’essentiel est de choisir ce que l’on accepte de laisser rémanent. (Voir Exister, résister)


Merdique   

Contraire de la qualité, universellement désagréable, mais parfois produit à la chaîne, conjuguant les scandales écologiques, économiques et techniques. Il est une figure contemporaine de la négativité. (Voir Traité des libres qualités)


Mixture    

Composé de nature et de culture. Il n’y a que des mixtures.


opération    

S’il existe une identité de la philosophie repérable au long de ses vingt-cinq siècles d’existence, elle ne tient pas à son essence ou à sa fonction créatrice de concept, mais bien à sa pratique opératoire. Elucider, libérer, se connaître, transmettre, prospecter, transformer et réjouir, telles sont les sept opérations majeures. (Voir Les sept stades de la philosophie)


Progrès     

Notion centrale nommant le mode du devenir humain depuis que nous sommes modernes, même sous le mode du post. C’est le pas en avant, qui a transformé les conceptions de la liberté, de la responsabilité, du temps et du travail. Le problème contemporain tient au triomphe monopolistique du progrès utile, multilinéaire et fonctionnant par capitalisation. Pour l’équilibrer, privilégier le progrès subtil est incontournable. (Voir Après le progrès et Exister, résister)


Qualitarisme       

Doctrine post-fonctionnaliste qui place au centre la qualité. Les maximes pourraient en être : Agis de telle sorte que la qualité de vie de chaque être soit assurée et respectée ; La qualité de vie prospère où prospère celle de l’autre. (Voir Traité des libres qualités)


Qualité         

Propriété fondamentale de l’être dont s’emparent tant la perception que l’action pour en souligner la positivité ou pour la constituer et l’assurer. Omniprésente dans la qualité de vie, de l’alimentation, de l’air, du travail, d’un objet comme d’une relation, la qualité est une nouvelle figure du bien pour un âge technique et post-métaphysique. L’interroger, c’est repérer en elle les rapports de force entre qualités libres et qualités contrôlées. (Voir Traité des libres qualités)


Saveur d’exister          

Sur base d’un invariant lié au fait qu’exister est une expérience sensuelle, la saveur est une mixture (composé de nature et de culture) parfois passivement contemplée, parfois construite selon les préférences. Elle ne peut se substituer à une éthique, mais une éthique sans saveur s’avère fade ou doloriste. (Voir Exister, résister et L’homme qui voulait acheter le langage).


Soi 

Ce qui reste de l’homme quand on a mis entre parenthèse ce qui, en lui, fonctionne comme élément du système, traversé par les ultraforces. Le Soi n’est pas une intimité mais une préférence ; il est ce qui nous importe. C’est dire qu’il est librement construit, différent pour chacun. (voir Exister, résister)


subtil

Du latin sub-tela, sous la toile, le subtil désigne les fils fondamentaux sur lesquels on tisse, donc les liens importants. Ce qui nous relie aux autres, aux idées, à la terre, à ce qui importe. L’idée est qu’en ces matières aussi, le progrès existe : un progrès subtil, humain. Sans doute le concept phare de tout ce travail.


système

Plutôt que d’emboîter le pas aux idéologies antisystèmes, soyons matérialistes. Le système s’affirme par trois composants : des vitres qui en font la bordure, des sièges qui sont autant de places pour lesquelles il y a lutte, et enfin des écrans sur lesquelles circulent informations et opérations. Comme tel, le système traduit des valeurs humanistes. Mais stressé par les ultraforces, il souffre, transformant la vitre en clôture, le siège en sélection et l’écran en amplificateur hystérico-frénétique. Le moi systémique, être-pour-le-système, y risque d’avancer vers le burn-out s’il laisse son Soi atrophié. (voir Exister, résister)


Technocapitalisme 

Alliance entre deux processus de gestion de capitaux, celui constitué par l’argent et celui constitué par la technoscience. L’idée est qu’en matière de techniques et de science, il ne faut pas chaque fois réinventer : la matière est sa propre mémoire. Toute invention est cumulative, incrémentale, exactement comme le capital en phase de développement. L’alliance que renferme le technocapitalisme est donc robuste, et les théories de l’accélération du temps ne se trompent pas. Le problème est qu’il est ambipotent. (voir L’homme qui voulait acheter le langage)


Transition   

Trans-ire, aller au-delà, c’est tenter le dépassement du global burn-out en repensant le rapport à la puissance (transition énergétique), au pouvoir (transition démocratique) et à la coexistence (transition démographique). (voir L’âge des transitions)


Ultraforce    

Tout est force, mais depuis la fin du vingtième siècle, des entités se sont constituées comme forces à la fois physiques, psychiques, techniques, sociales, économiques, politiques et civilisationnelles. Les Gafam, les géants du numériques ou de la finance sont de pareilles ultraforces, ambipotentes. Le problème politique est que, disproportionnées (ultra : hors-perception), elles empêchent le rapport de force, produisant de l’antirapport. Les transitions démocratiques occidentales ne peuvent passer que par la recherche de nouveaux rapports. (voir Exister, résister)


Utile 

Le contraire du subtil, ce dont on a besoin, et qui nous gâte. Devenu progrès utile, il est aussi triomphant, ne laissant qu’une faible place au progrès subtil.


Value gap 

Large fossé des valeurs, disjonction entre les intentions et les actions, mode d’existence d’une majorité d’Européens. Demande une thérapie subtile. (voir L’âge des transitions)


Philosophe